Investir dans l’immobilier en Belgique

0

Le bien immobilier a toujours été une valeur refuge en Belgique et il se porte bien, et aujourd’hui plus qu’hier, elle l’est. Voici quelques conseils pour réussir vos investissements dans la brique.

Ayez les bons réflexes !

Avant toute action, prenez place et réfléchissez ! L’objet de votre réflexion sera l’évaluation du rendement de votre logement. Considérez le rendement à court terme d’une part, et le rendement à long terme, d’autre part.

Investir dans l’immobilier en Belgique, c’est faire en sorte de valoriser son bien, mais aussi et surtout d’assurer la qualité de l’environnement où il est situé, c’est-à-dire le quartier voire la région.

Vous allez mettre votre appartement en location. Ciblez donc les bons locataires, ceux qui sont prêts à s’engager dans la durée !

Si vous envisagez d’occuper votre maison à terme, mettez-vous au courant de la demande du marché immobilier et considérez ce facteur dans vos choix et décisions.

Le rendement de votre logement

L’évaluation du rendement de votre bien immobilier revient à calculer sa rentabilité. Faites le rapport loyer potentiel / prix d’achat effectif en prenant en compte :

  • Les dépenses allouées à l’enregistrement du bien ;
  • Les frais de notaire ;
  • Le coût des travaux à entreprendre jusqu’au moyen terme ;
  • Le précompte immobilier ;
  • Le coût de gestion locative.

Si le rapport calculé dépasse les 4,5% nets, vous pouvez conclure que votre investissement est rentable.

La qualité de l’environnement

Il est alors temps de définir le budget à allouer à votre investissement. En même temps, définissez le quartier d’implantation de votre bien. Ces deux données sont primordiales. D’ailleurs, elles sont dépendantes parce qu’à chaque quartier correspond un prix de l’immobilier.

L’idéal serait de choisir les quartiers attirants, mais à condition que votre budget le permette. Sinon, optez pour les secteurs ou régions en développement. Les maisons qui y sont implantées sont à prix abordables à l’achat, et donc, elles sont susceptibles d’engendrer une plus-value conséquente à la revente.

Comment éviter la taxe sur la plus-value ?

Si vous comptez revendre votre bien, usez de patience et gardez-le pendant 5 ans avant de le faire. La raison est que si vous le revendez à sa première année d’acquisition, vous devez payer une taxe sur la plus-value dont le taux avoisine les 16,7% de la différence entre le prix préconisé pour la revente et le prix d’achat, plus 25% !

Si vous revendez votre bien la deuxième année, la taxe sur la plus-value est la même chose, mais augmentée de 5% au lieu de 25%. Il en est de même si vous le revendez la troisième, la quatrième ou la cinquième année.

A propos de l'auteur

Avatar

Bonjour, je me prénomme Antoine je suis à la fois un grand bricoleur et un adepte de l'internet. J'essaie de faire les deux selon mes envies.

Laissez un commentaire