Efficacité du film antimicrobien sur les boutons d’ascenseur

0

Les films antimicrobiens sont devenus presque impératifs pour les gens qui vaquent à leurs occupations en appuyant sur les boutons des ascenseurs, en poussant des paniers d’épicerie ou en tapant sur les kiosques automatisés des restaurants à emporter.  Mais malgré que ces films deviennent de plus en plus omniprésents, la question demeure: font-ils vraiment l’affaire?

Le film antimicrobien et la protection de l’environnement

Le cuivre, premier métal Homo sapiens maîtrisé, a été reconnu comme premier agent antimicrobien métallique par l’Agence américaine de protection de l’environnement en 2008.

Le film antimicrobien transparent couvrant les surfaces dans les espaces publics tels que les boutons d’ascenseur est devenu courant dans plusieurs pays notamment asiatiques tout au long de la crise du COVID-19.Contenant du cuivre ionisé, ces films se déclarent antimicrobiens et efficaces pour dévier la transmission du virus SARS CoV-2.

Les ions cuivre pénètrent dans les systèmes de bactéries et de virus sous prétexte d’être un nutriment essentiel et les affaiblissent ensuite au niveau moléculaire. La connaissance du cuivre et des alliages de cuivre comme désinfectants remonte à l’Antiquité, pour le cas de l’élément chimique sous forme métallique.

Le même mécanisme s’applique-t-il aux films plastiques contenant du cuivre? Des arguments récents de chimistes locaux affirment que bon nombre de ces prétendus films antimicrobiens sont faux.

Le cuivre est soit  rouge soit bleu. Si ces films contenaient suffisamment de cuivre pour être d’une quelconque utilité contre un virus, ils ne pourraient pas être suffisamment transparents pour montrer l’objet du côté opposé », «Et si du cuivre ionisé est piégé entre des feuilles de plastique, les personnes toucheraient du plastique et pas du cuivre

Quelques études

Selon une étude publiée dans le New England Journal of Medicine le 16 avril, le SRAS-CoV-2 pourrait rester sur du plastique pendant 72 heures; 48 heures sur acier inoxydable; 24 heures sur carton; et 4 heures sur cuivre.Il pourrait également rester dans l’air pendant 3 heures, bien que progressivement moins infectieux avec le temps.

L’Agence coréenne de la consommation n’a pas encore enquêté sur les films antimicrobiens. Un responsable de la KCA a déclaré au Korea Herald que l’institut n’agissait que sur les rapports de cas de dommages spécifiques contre des consommateurs.De même, aucune autorité gouvernementale n’a encore donné son approbation officielle à des films antimicrobiens sur le marché.

En général, les ministères du Commerce, des Drogues et de l’Environnement collaborent pour tester et réglementer les produits. Cependant, il n’a pas encore été décidé quel ministère devrait prendre l’initiative en matière de films antimicrobiens.

La plus grande étape a été franchie par le ministère de l’Environnement, où une équipe du service de surveillance des produits chimiques effectue des tests pour discerner la nocivité et l’efficacité de 38 films antimicrobiens.«Ces films sont un sous-produit direct du COVID-19. Ils sont complètement nouveaux et le processus d’évaluation de ces produits prend généralement un an. Nous espérons connaître les résultats de nos tests d’ici la fin de l’année », a déclaré un fonctionnaire du ministère de l’Environnement responsable de l’évaluation.

Il est prématuré de déterminer si le ministère de l’Environnement est l’organisme gouvernemental responsable des films antimicrobiens car le produit est ambigu à catégoriser, a déclaré le responsable. Les agences gouvernementales devront négocier les détails pour désigner le département le plus pertinent et disponible pour attribuer la responsabilité de la surveillance continue à l’avenir.

A propos de l'auteur

Avatar

Laissez un commentaire