Le nouvel engouement des pros de la finance pour l’immobilier résidentiel

0

Les pros de la haute finance trouvent leur bonheur dans l’immobilier résidentiel, les cabinets de gestion et les agences immobilières flairent le filon de l’immobilier résidentiel. La réglementation peut présenter un haut risque à un secteur fleurissant.

Henry Buzy-Cazaux, président de l’Institut du Management des Services Immobiliers, s’interroge sur l’utilité de la réforme de la loi Hoguet, un texte du 2 janvier 1970 qui réglemente l’exercice des professionnels de l’immobilier, une action annoncée par Mme Sylvia Pinel, la ministre du logement, au moment où elle s’apprête à quitter le gouvernement.

De Beaux jours

L’opération du rachat du réseau d’agents commerciaux mandataires Propriete-privees.com et des négociations relatives à Foncia par Pragma Capital, le montant de la transaction reste discret, mais les valorisations des banquiers d’affaires se sont situées au-delà de 10 millions d’euros.

Les propriétaires se font très gourmands, lors des propositions par des géants mondiaux comme le Canadien Onex. Ils expliquent cette valorisation par le fort potentiel de développement que connaissent les entreprises relatives à Foncia.

A l’évidence, l’immobilier résidentiel se porte bien et promet de belles perspectives, ceci nourrit l’appétit des investisseurs, les pros de la finance témoigne d’un dynamisme considérable de l’immobilier résidentiel, plusieurs opérations de levée de fonds et de fusion-acquisition ont vu le jour, à titre d’exemple : le rachat de Oralia par Nexity, l’acquisition de Capifrance et OptiHome par le holding d’investissement Artémis.

Quelles importances présentent donc ses entreprises dans le tissu économique français ?

La croissance du marché, se révèle bien au niveau de la gestion, elle est également évidente quant à la transaction. L’expérience a appris aux économistes, qu’en cas de difficultés des conditions économiques, le marché n’affiche plus que du 25%, alors que celui des bureaux ou des locaux d’activités peut perdre la moitié de sa performance.

Quant au risque commercial, le portefeuille clients de ces entreprises, est formé de centaines de milliers de clients particuliers, le pourcentage de la rétention est assez confortable.

Pour bien structurer le modèle économique du secteur de l’immobilier, les pros de la finance doivent éventuellement faire appel à la data, pour rester en veille sur la récurrence de la vente et bien modéliser l’ensemble des transactions qu’un acheteur potentiel peut faire pendant sa vie.

Les méthodes de travail se développent, grâce à internet tout en étant en mesure de réduire le coût de la production.

Partager.

A propos de l'auteur

Blogueur passionné, je m’intéresse à toute l’actualité politique en France et à l’international.

Laissez un commentaire