Qu’est ce que la BPCO ?

0

Avez-vous une toux persistante qui vous inquiète ? Une respiration sifflante ou des difficultés respiratoires qui s’aggravent progressivement avec le temps ? Bien que de nombreuses personnes aient parfois des difficultés à respirer, si vous avez plus de 40 ans et que vous vous trouvez fréquemment à bout de souffle, vous êtes peut-être atteint d’une maladie pulmonaire obstructive chronique, appelée BPCO.

Qu’est-ce que la BPCO ?

Maladie chronique, la BPCO est une maladie pulmonaire inflammatoire qui entrave la circulation de l’air. Ce resserrement des poumons se produit le plus souvent chez les personnes âgées, notamment celles de plus de 60 ans. Les fumeurs et les personnes qui ont travaillé avec des produits chimiques sont particulièrement exposés au risque de développer une BPCO en vieillissant. Caractérisée par une toux humide qui se manifeste souvent par le besoin de se racler la gorge juste après le réveil, la BPCO est une maladie évolutive. Pourtant, lorsqu’elle est diagnostiquée à un stade précoce, elle est très facile à traiter.

Comment diagnostiquer la BPCO ?

À ses débuts, la BPCO n’est pas facile à détecter lors d’un examen médical standard. De nombreuses personnes atteintes de BPCO reçoivent plusieurs fois un diagnostic de bronchite aiguë ou chronique avant de recevoir un diagnostic de BPCO en bonne et due forme. Le facteur le plus connu pour le développement de la BPCO est la fumée du tabac, provenant d’un tabagisme actif ou passif. Si vous avez déjà reçu un diagnostic d’asthme, vous pouvez avoir un risque accru de BPCO si vous fumez.

Contrairement à l’asthme, la BPCO est une maladie persistante et progressive. Avec la BPCO, votre fonction pulmonaire reste anormale même lorsque vous ne ressentez pas de symptômes. Il est nécessaire d’envisager rapidement l’arrêt du tabac, car sans traitement approprié, cette maladie affecte l’espérance de vie.


Pour savoir si votre difficulté à respirer peut être attribuée à la BPCO, vous pouvez demander à votre médecin de vous faire passer un test de spirométrie pour mesurer votre débit d’air. Votre médecin pourra à cette occasion vous poser des questions sur vos antécédents de tabagisme, votre régime alimentaire et vos habitudes en matière d’exercice physique, ainsi que sur d’autres maladies qui pourraient contribuer à une aggravation des symptômes, comme les maladies cardiaques. Il pourra également vous demander de passer d’autres tests, notamment une radiographie pulmonaire, pour exclure d’autres problèmes pulmonaires, ou une analyse des gaz du sang artériel pour mesurer la capacité de vos poumons à éliminer le dioxyde de carbone.

Comment la BPCO est-elle traitée ?

Si vous recevez un diagnostic de BPCO, votre médecin travaillera avec vous pour élaborer un plan de traitement visant à soulager vos symptômes. L’exercice physique joue un rôle crucial dans la réadaptation pulmonaire. Votre médecin peut également vous suggérer des exercices de respiration. La meilleure façon de commencer à traiter vos symptômes de BPCO est d’arrêter de fumer et d’éliminer l’exposition aux fumées qui auraient pu contribuer au développement de la maladie.

Il est également important de traiter toute autre affection susceptible d’aggraver les symptômes de la BPCO, comme l’hypertension artérielle. Votre médecin peut vous prescrire des médicaments à inhaler ou en comprimés dans le cadre de votre plan de traitement.

Les médicaments peuvent être des bronchodilatateurs à courte ou longue durée d’action, qui aident vos bronches à rester ouvertes. Une partie des médicaments peut être constituée d’anti-inflammatoires pour supprimer l’inflammation chronique. Ces deux types de médicaments visent à prévenir la progression de la maladie et la détérioration de votre fonction pulmonaire. La BPCO est une maladie grave qui n’est pas réversible, mais après avoir arrêté de fumer et grâce à un traitement approprié, un régime alimentaire et de l’exercice physique, il est néanmoins tout à fait possible de contrôler vos symptômes.

A propos de l'auteur

Avatar

Laissez un commentaire