La relation entre la médecine légale et la loi

0

La médecine légale traite principalement l’examen et l’état de santé des personnes qui ont été – ou sont soupçonnées d’avoir été – blessées ou tuées par une influence externe telle qu’un traumatisme ou une intoxication, mais aussi des personnes suspectées d’avoir blessé une autre personne. Cela signifie que non seulement les victimes et les suspects de crimes, mais aussi les suicides et les décès accidentels sont examinés par un spécialiste en médecine légale.En revanche, les blessures non mortelles résultant de blessures ou d’intoxications intentionnelles auto-infligées ou accidentelles sont généralement traitées exclusivement dans le cadre du système de santé sauf dans les cas de violence sexuelle, physique etc.La victime peut avoir recours à un médecin légiste et peuvent par la suite porter plainte à la justice. Dans de nombreux pays, la médecine légale représente une spécialité médicale au sein du système juridique et non dans le système de santé. En France, un Centre d’Accueil en Urgence des Victimes d’Agressions « Cauva » a été créé 1999 au CHU de bordeaux est en étroite liaison avec le ministère de la Santé, le ministère de la Justice, le ministère de l’Intérieur et le ministère de la défense. En moyenne, ce centre accueille plus de 4000 victimes de violences sexuelles, physiques et même morale. Une surveillance et une aide psychologique est proposé aux victimes. Il existe plusieurs médecins et professeurs ayant une grande carrière dans la médecine légale, on peut parler par exemple de Sophie Gromb-Monnoyeur, la plus connue et la plus réputés dans le domaine de médecine légale en France.

La médecine légale traite les personnes décédées

Bien que la législation en matière de médecine légale diffère d’un pays à l’autre, un principe commun est que, dans l’enquête sur un décès criminel possible ou soupçonné, un médecin légiste est engagé sur demande formelle de la police ou du procureur. La tâche du médecin légiste est alors de participer à l’enquête en tant qu’expert médical. Ce rôle d’expert se poursuit tout au long du processus, y compris les procédures judiciaires à la demande du tribunal et / ou de l’une des parties.

La tâche principale d’un médecin légiste est de participer comme un expert médical pour la justice, pas principalement pour soutenir l’une des parties au procès. Le rôle principal du médecin légiste est de pratiquer et d’arbitrer une approche scientifique des problèmes médicaux soulevés dans un contexte juridique impliquant la mort ou la violence dans certains cas. Il est inévitable à sa nature même que le médecin légiste, quel que soit son principe, s’efforce de fournir une impression impartiale fondée sur la «science et l’expérience éprouvée».

L’organisation formelle de la médecine légale et les experts en médecine légale sont complètementdifférents d’un pays à un autre. En Europe centrale, par exemple, les experts médico-légaux sont recrutés dans une université, car on pense que cela garantit une base scientifique, de l’indépendance et de la légalité. En Suède et en Finlande, une autorité gouvernementale nationale est responsable de l’administration des services de médecine légale, alors qu’aux États-Unis au Canada et dans d’autres pays anglo-saxons, divers systèmes sont appliqués sous les termes généraux «système du coroner». « Système d’examinateur médical », des systèmes qui ne sont pas toujours faciles à différencier.

 

Partager.

A propos de l'auteur

Laissez un commentaire