Développement du parc éolien : bonne ou mauvaise nouvelle ?

0

La France compte environ 8 000 éoliennes installées, et le gouvernement souhaite multiplier par trois le parc éolien français.

Alors que le débat sur le développement du parc éolien en Europe ne cesse de continuer entre les écologistes et les spécialistes de l’énergie, l’Etat français a bien prévu d’augmenter le nombre d’éoliennes d’ici 2025. Bonne ou mauvaise nouvelle ? Explications dans cet article.

L’état du parc éolien français

Aujourd’hui, la production éolienne représente 15 gigawatts pour 8 000 mâts installés. Et à proximité de 2030, la loi sur la transition énergétique récemment publiée en mars 2019 prévoit un passage de la production à 34 gigawatts, ce qui représenterait environ une augmentation de 6 500 éoliennes en dix ans. Et ce développement du parc éolien ne plait pas à tout le monde, bien que dans certains cas, ce développement soit bénéfique dans le cadre de la croissance écologique.

Le parc éolien maritime : une aubaine pour la transition énergétique

En Europe, l’éolien maritime est en plein essor et la France doit suivre la tendance, d’autant plus que le pays dispose d’une large couverture maritime. Dans ce sens, le ministère de la Transition écologique et solidaire a approuvé l’aide de l’Etat dans la mise en place des premiers parcs éoliens en mer dans les eaux territoriales françaises. En quoi est-une aubaine pour la croissance verte ?

L’éolien en mer dispose d’un meilleur atout que les éoliennes terrestres, avec un facteur de charge de 35% à 40%, contre 25% à 30% pour l’éolien au sol. Les éoliennes maritimes sont en général plus grandes et profitent davantage des vents que leurs sœurs terrestres. Cela signifie donc qu’elles fonctionnent plus fréquemment. De plus, le développement de ces parcs éoliens va créer de nouveaux emplois à l’échelle locale.

Une catastrophe économique et écologique dans la finalité

Dans l’émission Bourdin Direct sur BFM TV, le spécialiste des éoliennes Fabien Bouclé a fait savoir son opinion sur le sujet de l’éolien. Selon lui, on produit trop d’électricité d’origine éolienne par rapport à nos besoins réels. Ce dernier parle d’électricité « excédentaire » qui est subventionnée à une trop forte hauteur car on n’aurait pas besoin de produire autant d’électricité d’origine éolienne.

De plus, il rajoute qu’aujourd’hui les premiers promoteurs éoliens sont les principaux producteurs de nucléaire, et que l’éolienne est un outil de greenwashing par ces grandes infrastructures.

Par ailleurs, des écologistes quant à eux, dénoncent que le développement des parcs éoliens soit en train de détruire les paysages et l’écosystème, et que les infrasons produit par les éoliennes provoquent des problèmes sur la santé.

Développement du parc éolien : quel rôle joue l’effacement électrique ?

La France est l’un des pays qui émet le moins de gaz à effet de serre. Le souci, c’est que l’Etat veut remplacer une grande part de l’énergie nucléaire par l’éolien. Si cet engagement envers la transition énergétique est encourageant, il ne faut pas oublier, qu’il faut trouver le moyen de compenser les moments où les éoliennes ne fonctionnent pas.

C’est pourquoi le recours aux effacements électriques par l’intermédiaire d’opérateurs spécialisés sont indispensables. En effet, les effacements de consommation peuvent s’intégrer au développement des énergies renouvelables dans le sens où ils interviennent dans le maintien de l’équilibre du réseau électrique. Une solution qui évite donc de compenser le non-fonctionnement des éoliennes ou autres énergies renouvelables par de l’électricité d’origine fossile (gaz, charbon ou encore pétrole).

Pour ou contre le développement des éoliennes ?

Ce qu’il faut retenir c’est que l’Etat aujourd’hui souhaite vraiment s’engager dans la transition énergétique avec un développement important du parc éolien, et c’est une bonne initiative. Mais cet engagement est remis en question car le financement à hauteur de 100 milliards d’euros, pourrait au final, être utilisé dans la recherche ou dans l’aide aux entreprises pour que ces dernières continuent davantage à mieux consommer

Partager.

A propos de l'auteur

Avatar

Laissez un commentaire