Cigarette électronique dangers et risques de cancer

0

Depuis sa mise en marché, la cigarette électronique ne cesse de se répandre et tend à entrer de plus en plus dans les mœurs. En France, il est considéré comme le moyen de sevrage le plus accessible et d’ailleurs, le nombre de vapoteurs réguliers s’élève actuellement à près de deux millions, alors qu’on recense plus de douze millions d’utilisateurs occasionnels, soit plus de 25% de la population la française. Quoique, le succès de la cigarette électronique inquiète conséquemment les experts de la santé publique et est donc devenu un sujet à converse.

 

E-liquide, attentatoire ou non ?

 

Au fur et à mesure que la cigarette électronique se démocratise, les études d’expertise lui étant relatives se poursuivent et continuent à remettre en question sa non-nocivité. Néanmoins, ce qui est avéré c’est que la cigarette électronique est exempte des 4000 substances toxiques et cancérigènes que l’on dénombre dans les cigarettes à combustion. Seulement, on est toujours dubitatif sur les éléments constitutifs de l’e-liquide, le composant qui permet de produire de la vapeur et qu’on ingère à l’inhalation.

 

En fait, des études menées dernièrement ont avancé que le liquide soit préjudiciable à la santé et qu’en quantité importante, il présente des risques de cancer. En parallèle, une autre cellule de recherche a affirmé que l’e-liquide n’a aucun potentiel cancérigène. Voilà des affirmations contradictoires qui tendent à mettre les consommateurs dans l’embarras. Quoi qu’il en soit, ce qui est certain c’est que l’utilisation du vaporisateur présente nettement moins de danger pour la santé publique en comparaison à la combustion tabagique qui, sans appel, cause la mort de 78 000 personnes en France chaque année.

 

E-cig, un produit à consommer modérément

 

En outre, on distingue trois composants de la cigarette électronique qui peuvent être néfastes à la santé s’ils sont pris en quantité significative. Il s’agit du formaldéhyde, de l’acroléine et de l’acétaldéhyde. En principe, nous avons ici des éléments identifiés également dans la cigarette traditionnelle. Sauf que, ils sont en quantité infime dans la cigarette électronique. Si nous ne tenons qu’au formaldéhyde, un composant classé cancérigène, mais, dans une e-cig sa concentration n’excède pas les 16ppm, contrairement à la cigarette classique qui contient pas moins de 86ppm de formaldéhyde.

 

A ces mots, la cigarette électronique semble contenir quelques substances cancérigènes, mais à moindre concentration. Ce qui revient à dire que, bien qu’elle soit moins nocive, c’est toujours plus avisé de savoir modérer sa consommation. Aussi, ne transigez pas sur la qualité et la provenance de l’e-liquide de votre cigarette electronique marseille.

Partager.

A propos de l'auteur

Avatar

Laissez un commentaire