SNCF : Vous serez enfin remboursés en cas de retard !

0

Heureux celui qui n’a jamais eu de retard avec la SNCF ! Les retards de la SNCF sont coutumes, il vous suffit d’aller sur les réseaux sociaux pour constater l’agacement des usagers. L’annonce d’une modification des conditions de compensation dues à un retard, a fait l’effet d’une bombe !

Quelles sont les modifications apportées ?

Rachel Picard, directrice de Voyages SNCF, a annoncé récemment qu’à partir du jeudi 1er décembre les compensations en cas de retard seraient modifiées.

Désormais, pour tous les TGV et Intercités ayant un retard d’au moins 30 minutes à leur arrivée, la SNCF versera aux passagers une compensation et ce quelle que soit la raison de ce retard. C’est une évolution considérable. Jusqu’à maintenant, les passagers étaient indemnisés uniquement lorsque le retard était imputable à la SNCF. Les retards causés par des actes de malveillance, des conditions météorologiques ou des accidents de personne n’étaient donc pas remboursés. D’après Mme Picard, cela représentait seulement un tiers des retards.

Quelle est la grille des compensations ?

  • Entre 30 minutes et 2 heures de retard, le voyageur sera remboursé de 25% du prix de son billet.
  • Entre 2 heures et 3 heures de retard, le voyageur sera remboursé de 75% du montant de son billet.

Une annonce à double tranchant

Cette nouvelle semble réjouir les nombreux voyageurs exaspérés par les nombreux retards, mais elle aurait dû être en place depuis longtemps.

En effet, en 2007 l’Europe souhaitant accorder plus de droits aux voyageurs, vote un texte entrant en vigueur le 3 décembre 2009. Le texte précise qu’un pays peut demander à être exempté pendant 5 ans, renouvelable deux fois (soit jusqu’en 2024). La France ayant fait une demande, s’est retrouvée exemptée jusqu’en 2014. Seulement, la deuxième demande n’a pas été faite. La SNCF n’en a pas informé ses utilisateurs et n’a pas modifié ses conditions comme elle aurait dû. C’est donc finalement, une mise à jour tardive.

Seulement, comment en vouloir à la SNCF lorsque l’on sait que celle-ci va plus loin que la réglementation européenne. Celle-ci propose une indemnisation à partir de 30 minutes de retard et non d’une heure, comme la réglementation l’impose. Les compensations s’élevant à 75% au-delà des 3 heures de retard, sont aussi au-dessus de celles prévues par la réglementation.

Tout à son honneur, selon Rachel Picard, la SNCF « a décidé de faire de cette garantie la meilleure garantie d’Europe ».

Cette mise à jour des compensations soulève tout de même une question : Quel sera l’impact financier ? Jusqu’à présent la SNCF n’a pas communiqué sur ce sujet.

A propos de l'auteur

Chef de projet Marketing Freelance, je m'occupe de projets multimédias et intervient dans la mise en place de campagnes marketing chez mes clients.

Laissez un commentaire