Pour que les mauvais payeurs ne soient plus un cauchemar pour les entreprises

0

Certains agissent en pleine conscience, d’autres inventent des ruses minables pour retarder le paiement. Ces mauvais payeurs constituent un vrai cauchemar pour leurs victimes. Heureusement que le temps est révolu et il est dorénavant possible de balancer ces clients d’un nouveau genre. Pour les faire plier, adoptez la bonne stratégie.

Qui se cache derrière les mauvais payeurs ?

En 2018, les chiffres révèlent plus de 300 entreprises classées au titre de mauvais payeurs en France. Il est étonnant de constater que l’Etat fait partie des pires clients dans cette catégorie. En effet, les administrations publiques sont le plus pointées du doigt en matière de retard de paiement. Parmi les mauvais élèves figurent les hôpitaux et le ministère de la Justice. Pour cette dernière, 1 facture sur 5 est toujours réglée en retard.

Les grandes entreprises viennent grossir la liste des mauvais payeurs. Walt Disney France, BNP Paribas, Schneider Electric et Sephora font partie des grosses boîtes récemment épinglées par l’Etat. A la suite d’un contrôle effectué sur plus de 1000 entreprises, les fautifs ont dû s’acquitter d’environ 7 millions d’euros d’amendes. Malgré cette sanction exemplaire, la situation n’est pas encore prête à s’améliorer. Les retards de paiement continuent à faire des victimes dont des petites entreprises.

Il est toutefois conseillé d’adopter la prudence dans le traitement des soucis de paiement. Une relance à l’amiable est toujours conseillée pour éviter une situation qui dégénère. Cela permet aussi de distinguer les vrais des faux mauvais payeurs. Porter l’affaire devant le tribunal n’est recommandé qu’en dernier recours.

Comment agir alors face aux retards de paiement ?

Cela dépend de quel type de client vous avez affaire. Généralement, la relance et l’exigence d’acompte fonctionnent avec un client négligent. Le problème avec celui-ci est son incapacité à gérer correctement sa trésorerie. Ici, il ne s’agit pas d’un client qui ne veut pas payer mais qui se noie dans ses comptes. La relance prend ici toute son importance pour lui rappeler qu’il vous doit une telle somme.

Face à un client insolvable, il faut doubler sa vigilance. Le retard de paiement peut signifier que son entreprise est dans le pétrin et aura du mal à s’en sortir. Au pire, le client n’arrive plus à régler ses dettes car est sur le point de faire faillite. Avec un arnaqueur, le problème réside dans la volonté de celui-ci à ne pas vouloir honorer ses créances. Après les procédures de relance, le recours par voie judiciaire s’impose alors.

Quoi qu’il en soit, les retards de paiement ne doivent pas être pris à la légère. D’ailleurs, certains clients ont tendance à exploiter le laxisme de leurs créanciers. Résultat, réclamer les impayés devient un chemin de croix pour les victimes. Si vous souhaitez justement balancer un mauvais payeur, rendez-vous sur https://www.les-mauvais-payeurs.com . Par cette démarche, ce client de mauvaise foi intégrera la liste noire des clients à éviter.

Des démarches de recouvrement simplifiées

Quand la coupe est pleine, un créancier peut solliciter l’intervention d’une société de recouvrement dans ses démarches. Celle-ci se place en un intermédiaire entre lui et le débiteur. Elle prendra le relais en matière de relance et pourra aussi fixer les échéances à respecter pour le paiement. Bien entendu, elle doit agir dans le respect total de la loi durant toutes les démarches.

Sur internet, il existe aussi dorénavant des plateformes qui proposent d’aider les entreprises en litige avec leurs débiteurs. Certaines iront même jusqu’à racheter les créances. Cette démarche en ligne constitue la meilleure solution si vous voulez une intervention rapide pour la récupération des paiements. En revanche, le prix proposé par la start-up pour le rachat n’est pas souvent satisfaisant.

Partager.

A propos de l'auteur

Avatar

Laissez un commentaire