Quelles indemnisations après les intempéries ?

0

L’automne s’accompagne souvent de catastrophes météorologiques pouvant avoir de lourdes conséquences. Vents violents, pluies, inondations, éboulements, en quelques minutes, les dégâts sont lourds et leurs coûts parfois élevés. Les assurances entrent alors en jeu, mais que peut-on réellement attendre de leurs indemnisations ?

Quand déclarer un sinistre ?

La garantie « tempête, neige, grêle » incluse dans l’assurance multirisque permet d’être indemnisé dans de nombreux cas. Lorsque l’on est propriétaire, la question ne se pose pas et les choses se font simplement. En tant que locataire, elle permet de toucher un remboursement sur le mobilier ou les détériorations intervenues à l’intérieur du logement. Pour l’extérieur, c’est au bailleur de contacter sa propose assurance.

L’important est de déclarer le sinistre dans les cinq jours suivant la catastrophe. En cas de catastrophe naturelle, le délai passe à 10 jours à compter de la publication de l’arrêté. Une lettre recommandée avec avis de réception est nécessaire.

Quid de l’indemnisation

Les indemnisations vont dépendre du type de contrat. Certains vont rembourser les meubles, d’autres les bâtiments détruits, en selon leur valeur de remplacement, de reconstruction ou de vétusté.

Certains assureurs proposent un remboursement « valeur à neuf » ou encore une prise en charge des dépenses nécessaires pour couvrir provisoirement le bien endommagé. Dans tous les cas, la majorité des organismes fixe un plafond de garantie, c’est-à-dire un montant maximal d’indemnisation. À noter également que l’assureur ôtera du montant octroyé la franchise prévue dans le contrat.

Malgré une garantie tempête, l’assurance ne couvrira pas tout. Les prises en charge sont toujours limitées. Pour un dégât lié au vent par exemple, il faudra justifier les dommages en produisant un « certificat d’intempérie » que l’on peut obtenir au centre départemental de Météo France.

La garantie s’applique rarement bâtiments et hangars de construction légère, vérandas, stores, panneaux solaires ou autres volets, gouttières et arbres.

Enfin, il ne faut pas oublier que ces indemnisations ne comprennent que les dégâts matériels et non les personnes. C’est la garantie « accidents de la vie » ou le contrat complémentaire santé qui se chargera de rembourser les frais.

Partager.

A propos de l'auteur

Avatar

Laissez un commentaire