Brexit : des hausses des prix annoncées

0

C’est à la fin du mois de mars que le déclenchement de la procédure de sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne débutera. Il est fort probable que l’impact sur la consommation des Français se fasse durement sentir.

Des conséquences économiques

La Première ministre britannique Theresa May a reçu l’aval du Parlement en début de semaine. Dès lors, c’est sans surprise qu’elle a annoncé déclencher l’article 50 du traité de Lisbonne dans les jours qui viennent. La procédure de séparation entre le Royaume-Uni et l’Europe est en marche, et si cette sortie prendre plusieurs années, les conséquences pour le consommateur ne devraient pas tarder à apparaître.

Il faut dire que la France et le Royaume-Uni sont des partenaires majeurs en terme de commerce. Le pays est le 5e client de l’hexagone (7 % des exportations françaises se font vers l’Angleterre) et son 8e fournisseur (cela représente 4 % des importations). À la clé, le plus important excédent commercial de la France : 12,2 milliards d’euros en 2015.

Cette relation va sans doute subir un choc, puisque comme l’a souligné Theresa May, le Brexit ira de pair avec une sortie du marché unique : comme le souligne Sébastien Jean, directeur du CEPII : « Le Royaume-Uni ne pourra probablement pas rester non plus dans l’union douanière ». La ministre anglaise souhaite toutefois pouvoir négocier un accord de libre-échange. Charles de Marcilly, de la fondation Robert Schuman, explique : “Elle veut des accords sectoriels, mais l’Union européenne n’est pas prête à l’accepter. […] Bruxelles ne veut pas créer de précédent d’un pays qui sort de l’UE en conservant les avantages, mais pas les inconvénients”.

Ce qui nous attend peut-être

Les spécialistes évoquent déjà l’apparition de taxes douanières. En d’autres termes, les produits britanniques verront leurs prix s’envoler, en inversement. Une étude menée par l’Organisation mondiale du commerce datant de mai 2016, soit avant le Brexit, prévoyait que le Royaume-Uni devrait payer 7 milliards d’euros de taxes annuelles pour continuer à exporter ses produits vers l’Europe. Parmi les produits qui devraient voir leurs prix grimper, les voitures, puisque de nombreux constructeurs assemblent leurs véhicules là-bas. Les spécialités alimentaires comme celles proposées par la chaîne de grande distribution Marks & Spencer, mais aussi le saumon d’Écosse, le whisky ainsi que le gaz naturel seront aussi plus chers de quelques centimes.

 

Partager.

A propos de l'auteur

Laissez un commentaire