Absentéisme des salariés : l’Assurance Maladie va enquêter

0

Afin de permettre aux entreprises de lutter contre l’absentéisme des salariés, une expérimentation a été mise en place, permettant d’aborder le sujet des conditions de travail. Que peut-on en attendre ?

Lutter contre l’absentéisme

Certaines sociétés connaissent des taux d’absentéisme record, suffisants en tout cas pour que l’Assurance Maladie prenne les décisions qui s’imposent. L’idée, qui concerne pour le moment des entreprises ciblées, est d’informer des motifs des arrêts maladies déposés par les salariés, tout en leur garantissant l’anonymat. Il est aussi question de convertir en coût direct et indirect ces absences. Le but de l’Assurance Maladie est d’amorcer « une réflexion sur [leur]conditions de travail, puisque l’on sait qu’il y a une corrélation entre ces dernières et le nombre et la durée des arrêts », a expliqué Laurent Bailly, responsable du département des services aux assurés.

En effet, jusqu’à présent, les entreprises peuvent chiffrer leur taux d’absentéisme, mais ne connaissent pas les motifs de celui-ci. Laurent Bailly poursuit : « Les partenaires sociaux nous ont donné le feu vert pour cette expérimentation, convaincus par les garanties de secret médical que nous leur avons apportées ».

Pour le moment l’expérimentation concerne 5 entreprises françaises. « Elles relèvent du secteur de l’aide à la personne, du conseil, du gardiennage et de la sécurité. En nombre d’heures d’arrêt de travail, elles se situent à un niveau quatre fois supérieur à celui des entreprises de leur secteur et de leur région. Leur taux d’absentéisme est énorme : 20 % ». Les sociétés sélectionnées comptent plus de 200 salariés, ce qui va permettre de conserver ce fameux anonymat, puisque les informations qui seront divulguées sous forme de pourcentage ne permettront pas de tirer de conclusions ou de cibler précisément un employé.

Un premier point dans 6 mois

Avec les informations qu’elle va pouvoir recevoir, l’Assurance Maladie pourra identifier les raisons qui poussent à l’absentéisme. C’est à l’aide d’un algorithme qui va combiner les consultations et les médicaments remboursés que la pathologie sera connue. Cela ne concernera que les infections imputables à une défaillance managériale ou à un environnement de travail délétère qui seront ciblés, l’Assurance Maladie laissant de côté les maux courants comme les virus.

La Sécu s’est laissée 6 mois pour réaliser cette expérimentation, de quoi ensuite permettre d’apporter des solutions, d’imaginer des actions, et de penser à plus de prévention.

Partager.

A propos de l'auteur

Laissez un commentaire